HOMMAGE Flux

LETTRE D'AMI(e) | Sylvie FABRE G. |Pour Marie-Ange SEBASTI | 31.01.22

 

Arbousier en fruits

Photo Angèle PAOLI  Arbousier en fruits

 

 

La Part d’aurore

 

 

 A Marie-Ange Sebasti, in memoriam

et pour nous qui restons.

-

 

 

 

Reste la part d’aurore insaisie

des mots et des visages, cette réserve

que leur donne la vie

et que la mort semble nous ôter.

Ton espoir d’une joie qui viendra

peut-être était plus qu’une attente,

une lutte contre la dépossession  et la perte

une quête patiente d’un bonheur

qui ressemble à notre rencontre

suspendue entre son commencement

lointain et ta fin qui nous devance.

 

 

Première fois de la vraie connivence

en un midi de juin place Saint-Sulpice

où nous étions conviées ensemble à la page

encore inécrite d’un rendez-vous d’amis.

A la Maison de la Chine, quatre à partager

un clair-obscur rubis, trésor propice

à la conversation. Quatre à chuchoter

bien des mondes intérieurs et à tirer des lignes

d’or jusqu’aux portes ouvertes de la poésie.

 

 

L’azur n’était pas loin, qui accordait nos voix

et desserrait les nœuds gordiens du noir.

Marges arides ou haute plage,

nos vies s’étaient souvent croisées

à Lyon en palabre dans une librairie

ou à Paris en caravane d’orage

réfugiées dans un café.

Et alors seules ou accompagnées

nous laissions tomber les mots comme

tombent derrière la vitre discrets

les premiers flocons d’un secret juste

effleuré. Dans ces villes éphémères

ils s’évanouissaient en laissant derrière eux

les traces d’une clarté, et en moi ton sourire.

Un sourire comme un simple morceau de ciel

et cela peut suffire à l’hirondelle pour voler

vers d’autres lieux vers d’autres solitudes.

 

 

Heures maintenant de l’hivernage, le temps

devient parvis de la fidélité à ton écriture

telle petite chapelle d’où nous parviendrait

le son vigile de la cloche appelant

au dialogue les vivants et les morts

pour une suite à réinventer avec et sans toi

– puisque.

Mise en terre de ton corps a eu lieu

mise au jour sera petite épiphanie du poème.

Son silence sonore enracine la douleur

de ton absence pour mieux faire sentir

en son respir ton impalpable présence.

Nous ne sommes plus que deux sur

les quatre de jadis à fréquenter sa mémoire

pour écouter encore les vieilles syllabes

blotties, cette berceuse que te fredonnait

ta grand-mère, chant de lamour illimité

chant d’enfance  - et au-delà

qui nous offre avec fleurs et bijoux

les mots à poser sur la vie et sur ta mort.

 

 

La parole des femmes, mère grand-mère

sœur ou amies, est parfois une infinité

où l’on se baigne, mer charnelle et spirituelle

qui laisse entrer en soi l’univers, les langues et

les mythes, et pour toi et ton aimé ces noms de lieux,

Mésopotamie Grèce Rome, Corse des origines.

En cet Occident méditerranéen relié à l’Orient

par une géographie d’amour, en ce berceau

d’histoire ancienne tu t’es nourrie de tant de savoirs

de tant de traversées que ton existence y demeure.

 

 

De ton île natale aux vastes continents, en mortelle

tu as voyagé, accostant des joies et des chagrins

définitifs. Avec l’âge peu à peu tu es devenue

comme tous,  la proie de ce désert ignoré

imposant une soif qui peine à inventer ses puits.

Douleurs sans remède des deuils puis de la maladie

qui assèchent et tarissent nos jours. Auparavant

les sources de l’amour les ressources des livres

que tu as lus traduits écrits t’avaient initiée

au royaume terrestre et céleste, aux vanités

à la poussière. Dans les sables de l’adieu,

ils nous ont aussi aidés à t’accompagner

au bout de ton chemin de croix et de lumière.

Tes funérailles dispensaient une parole

de sagesse, une foi qui proclamait l’amour

plus fort que la mort. Elle convertissait

notre peine en prières et en poèmes.

Leurs notes bleues gardent l’inflexion unique

de ta voix et le visage de ta bienveillance.

Leur part d’aurore en nous – à jamais saisie.

 

 

Sylvie Fabre G. , La part d'aurore [inédit]


lundi 07 février 2022

samedi 29 janvier 2022

samedi 02 juillet 2016

lundi 11 janvier 2016

samedi 07 juin 2014

Ma Photo

octobre 2022

lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31            

PROCHAINE CUEILLETTE DU JOUR _ sous ta lampe

  • Bruno DOUCEY
    (Presque)Chaque jour découvrir ou redécouvrir une écriture dans sa poéthèque et la partager.

T d F Angèle PAOLI

  • Terres de Femmes | la revue de poésie & de critique d’Angèle Paoli
    Terres de Femmes En mémoire de l'Ami Yves Thomas le compagnon d'Angèle et par Amitié de longue date avec le couple , nous tenons à laisser en évidence le lien vers Leur magnifique site qui reprend peu à peu son travail de noria au service de la littérature et de la poésie en particulier. TdF / Une amitié née du WEB sur des affinités profondes et durables autour de la Poésie et de l'insularité qui lui permet d'être reliée à une multitude d'écritures contemporaines. Responsable de la rédaction : Angèle Paoli *** Direction artistique et mise en images : Guidu Antonietti di Cinarca [G. AdC]

BLOG HISTORIQUE Cause des Causeuses

  • LA CAUSE DES CAUSEUSES ... Vendanges Poétiques à volonté...
    Ce blog d'abord personnel a accompagné la création de l'Association Lyonnaise La Cause des Causeuses de 2007 à 2018. Il contient les balbutiements et les expérimentations numériques qui ont permis de relier les lecteurs et lectrices de Poésie que nous sommes et des écritures singulières pour les faire connaître lors de rencontres conviviales( Bivouacs poétiques, Troc Poétique, Lectures publiques, Ateliers thématiques en lien avec le Printemps des Poètes, Ateliers créatifs tout public...).